Conseils

Décrypter le vocabulaire du vin

Par Vignobles.net — 6 minutes de lecture
Décrypter le vocabulaire du vin

Le vignoble fait partie intégrante de notre terroir. Certains territoires comme l’Alsace, le Médoc, ou encore les régions du Rhône ou de Bordeaux sont synonymes d’un précieux héritage familial et de grands millésimes. Nos vins sont réputés dans le monde entier. Notre patrimoine, notre histoire, nos traditions, mais aussi notre culture intègrent depuis le moyen-âge le monde du vin. Nous étions déjà à cette époque les premiers exportateurs, la plaque tournante des vins se situait alors à Paris. Malgré une culture du vignoble très riche en France, il n’est pas rare pour les non-initiés de rencontrer des difficultés pour comprendre le milieu viticole ou décrypter l’étiquetage d’une bouteille de vin.

Voici donc quelques clés pour apprendre et comprendre le vocabulaire du vin, de la culture à la dégustation !

La culture et la récolte du vin

Tout commence avec le cépage. C’est ce qui définit le type de plants de vigne soit la variété de ceps cultivée. Pour les vins rouges, vous pouvez rencontrer le Pinot Noir, le Merlot ou encore le Sauvignon. Pendant la saison des vendanges, les grappes de raisins sont récoltées. Différentes méthodes de vendanges peuvent être utilisées dans les vignobles.

Les vendanges avec machines sont peu utilisées pour les vins de prestiges, car elles ne permettent pas de respecter la vigne et trier les grappes selon leur maturité par exemple.

La vendange manuelle, comme son nom l’indique, est entièrement effectuée à la main. Pour certains cépages, vous entendrez également parler de vendanges en vert. Dans ce cas, le plant ne fournit pas assez de substances et d’énergie pour nourrir le cep entièrement. Pour l’aider à produire, quelques grappes seront coupées afin qu’il concentre son énergie sur les raisins restants. La qualité du vin est alors préservée.

Les différentes étapes de la vinification

La vinification utilise différents procédés sur une plus ou moins longue période afin de produire un vin prestigieux au goût unique. Les étapes les plus importantes sont :

  1. La macération. Le jus va macérer avec les peaux du raisin. Il va gagner en couleur et en tanins. Le tanin est une substance végétale contenue dans la peau du raisin.
  2. Fermentation alcoolique. Le sucre contenu dans le fruit se transforme en alcool et en gaz carbonique.
  3. Fermentation malolactique. L’acide malique du vin se transforme alors en acide lactique. C’est ce qui permet de réduire l’acidité d’un vin.
  4. Pigeage. Le marc qui s’accumule à la surface (dépôts de grappes appelées rafles, peaux, pépins…) va donner de la couleur et du tanin. Pour que le vin s’en imprègne de manière homogène, il faut régulièrement le faire descendre, le mélanger pour qu’il se diffuse. Un peu comme lorsque l’on infuse du thé ou une tisane.
  5. Pressurage. Il existe deux manières de récolter le vin. Le vin de presse utilise une machine, un pressoir, qui va presser le vin et le marc chargé en tanins pour qu’il s’écoule en sortie de presse. Il est donc plus coloré et plus chargé en arôme. Le vin de goutte est récolté sans pression, il s’égoutte doucement.
  6. L’assemblage. Cette pratique permet de mélanger différents vins d’un même cépage pour obtenir des arômes en particulier.

La dégustation

Avant toute dégustation, le vin rouge doit décanter. Pour cela, il va être transvasé dans une carafe dédiée à cet usage afin de laisser ressortir et amplifier tous les arômes du bouquet.

Vous allez ensuite pouvoir déguster votre vin. Si l’on vous demande de « mâcher » le vin, n’ayez crainte, votre sommelier n’a pas perdu la tête !

Il vous demande de le prendre en bouche sans l’avaler. Vous allez le » mélanger » avec votre langue afin de faire ressortir toute sa texture et ses arômes.

Pour certains vins, comme c’est le cas pour un grand millésime du Médoc, certains parfums se ressentent dès le début (on parle alors de l’attaque du vin) avec des notes de fruits rouges et noirs, puis il termine (le final) sur des notes de cacao et de torréfaction. Pour apprécier tous ces arômes, il faut mâcher le vin.

Lors de la dégustation d’un grand vin, vous entendrez sûrement parler de son bouquet. Vous le verrez également sur les étiquetages des bonnes bouteilles de vin. À l’image d’un bouquet de fleurs, différentes senteurs, couleurs et types de fleurs seront utilisés pour former un joli bouquet parfumé.

Pour un vin, le bouquet constitué tous les arômes que le nez, et par extension la bouche, peuvent percevoir.

Prenons l’exemple du Quart de chaume, les arômes sont très fruités et doux. On notera alors que le bouquet développe des notes d’agrumes, de fruits à chair blanche, de fruits secs, d’épices et de miel.

La robe d’un vin est aussi très appréciée par les fins connaisseuses. Elle caractérise tout simplement la couleur du vin lui-même. Elle peut être dorée avec un reflet émeraude ou encore couleur rubis intense.

Comment décrypter un vin ?

Le vin est organoleptique. C’est-à-dire qu’il joue sur 3 de nos sens, le goût bien sûr, mais également l’odorat et la vue.

Pour établir le prix d’un vin, de nombreux paramètres entrent en ligne de compte. 2 €, 28, 134 ou encore 890 €, tout dépend du travail effectué.

Pour décrypter un vin, il faut apprendre à lire les étiquetages. La description du bouquet et du vignoble, la technique de récolte, de vinification utilisée sont autant de secrets que renferme votre vin. Il vous dévoilera toutes ses saveurs et ses arômes à l’ouverture.

Vous pourrez lire qu’un vin est charnu pour signifier que la puissance des tanins et la souplesse de l’alcool offrent un mélange très harmonieux. Vous pourrez également entendre qu’un vin est charpenté dès lors que les raisins ont été cueillis à bonne maturité et que les saveurs sont donc extrêmement riches. Lorsque vous la débouchonnerez, c’est toute son histoire que vous dégusterez avec plaisir.